UDIRS 80 : En tant que retraité(e)s, est-ce utile de se syndiquer?

Rédigé par Solidaires80 - - Aucun commentaire

Meilleurs vœux pour l’année 2022 et surtout de bonne santé.

Année électorale, chacun espère une issue avec un (une) Président(e) de la République qui soit 

-         plus juste avec les moins riches, plus enclin à consulter les corps intermédiaires !, 

-          moins idéologue pour les actifs « Comme nous vivons plus longtemps, il nous faudra travailler plus longtemps » en instaurant un âge pivot à 64 ans !

-         et plus respectueux envers les retraités après avoir ponctionné une augmentation de 25% de la CSG au cours de son mandat, sans oublier la nécessité de conduire une politique écologique compatible avec l’urgence climatique !  

 

Il reste nécessaire de se mobiliser collectivement, non seulement pour nous , mais pour nos collègues plus jeunes, nos enfants… et c’est pourquoi, nous sommes syndiqués et travaillons unitairement avec 8 autres formations syndicales et associativesdepuis 2014 pour créer un rapport de force… 

 

Ainsi, le syndicalisme de retraité, c’est :

Quand sonne l’heure de la retraite, le monde ne change pas. Les problèmes vécus dans l’entreprise sont remplacés par ceux des retraité(e)s dans la société. L’action syndicale a toujours sa nécessité et elle continue, mais parfois sous d’autres formes.

Les retraité(e)s ont des revendications propres

En diminution forte depuis 2014, le pouvoir d’achat est devenu la revendication la plus importante des personnes en retraite. En 2018, avec le gel des pensions et l’augmentation de la CSG, les pensions ont baissé de 1,7 % alors que les prix ont augmenté de 1,6 %. 

Depuis 2014, les personnes en retraite ont perdu l’équivalent d’un mois de pension par an ! Quel actif accepterait de travailler si on ne lui payait pas le douzième mois ? Et si on ne fait rien, les personnes qui vont être en retraite auront une baisse d’un tiers de leur pension et d’un quart du niveau de vie d’ici 2070. 

Les discours se multiplient contre les personnes âgées, accusées d’être improductives, de coûter cher en pensions, en dépenses de santé, etc. alors qu’elles ont cotisé toute leur vie pour vivre une retraite décente. 

 

Les futurs retraité(e)s ne se sentent pas encore concernés, mais avec l’âge, d’autres préoccupations surgissent. Concernant la santé notamment. Il faut, en avançant en âge, avoir recours de plus en plus souvent au système de soin (médecins, hospitalisations, …) mais également payer, sans aide patronale, la mutuelle dont le coût augmente avec l’âge. La dématérialisation des documents et le recul des services publics de proximité (administrations, transports, médicaux-sociaux dont autonomie, culture et sports, etc.) pèsent de plus en plus dans la vie quotidienne en en la rendant trop souvent insupportable.

 

Et, un jour, beaucoup plus tard, les préoccupations se tournent vers le coût et les conditions de vie en Ehpad, la fin de vie digne…

Les retraité(e)s se battent, mobilisent

Depuis 2014, le « Groupe des neuf » organisation de retraitées mobilise en moyenne deux à trois fois par an. Cette unité regroupe les organisations CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, Ensemble & solidaires. En 2018, 200 000 personnes ont manifesté dans la rue des départements contre l’augmentation de la CSG qui a brutalement diminué le pouvoir d’achat de 3,3 %. En 2021, ce sont un peu plus de 120.000 personnes (la pandémie sanitaire a pas mal freiné les manifestations !) qui se sont mobilisées localement (mais simultanément) au printemps, début d’automne et à la veille de cet hiver par une manifestation nationale (qui, elle, a, tout de même, rassemblé plus de 25000 retraité(e)s à Paris)

 

Petit à petit, le « G9 » s’est imposé comme LE représentant des retraité(es), dans la rue, dans les medias, dans les instances comme le Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Âge (HCFEA) où nos positions font souvent bouger les avis et décisions. Il en est de même dans sa déclinaison départementale, le Conseil Départemental de la Citoyenneté et de l’Autonomie (CDCA).

 

Dans la période à venir, le groupe des 9 va relancer :

 

- d’ici la fin du mois de janvier 2022, le Président de la République qui a feint de nous voir rassemblé nationalement à plus de 25.000 à Paris (sans nous recevoir en délégation), le 2 décembre2021 à propos du pouvoir d’achat en berne, de la Sécurité Sociale à préserver notamment en matière d’autonomie, des services publics à ne pas dématérialiser (voir en pj, un résumé)…

 

- le 24 mars2022, par une action de rue décentralisée au plan départemental, le compte n’y étant pas dans la mesure où il n’est proposé qu’une augmentation de 1,1% pour cette année alors que l’inflation va être de plus de 2%,. Pour mémoire en 2021, l’augmentation a été de 0,4% (hors complémentaire) pour une inflation de presque 3% ! 

 

C’est pourquoi, l’adhésion à un syndicat, au syndicat de Solidaires en l’occurrence, est en général motivée par le sentiment que cela permet d’améliorer sa condition, de défendre des revendications, de participer à l’amélioration de la société. Il en est de même pour les retraité(e)s pour ne laisser aucun au bord du chemin… 

 

En adhérant, vous recevrez mensuellement une note de 2 à 4 pages reprenant l’essentiel de l’actualité concernant les retraites et aussi la politique sociale menée par le Gouvernement, un commentaire des décisions d’actions prises au sein du groupe des 9, ainsi qu’un cahier revendicatif approuvé par une assemblée générale annuelle nationale sans oublier au plan départemental des éléments revendicatifs réfléchis au sein du bureau syndical ouvert aux adhérents également tous les mois (hors pandémie) au local de Solidaires à Amiens…

 

Comment adhérer pour l’année 2022 : joindre un chèque à l’ordre de l’UDIRS de la Somme d’un montant de 0,2% de la pension versée, le tout à envoyer à Franck Debruycker, 5 rue du 11 novembre 1918, 80310 BOURDON (avec votre adresse internet et postal). 

Le coût est minime puisque pour 1500€ de pension mensuelle, la cotisation revient à 3€/mois et après la déduction fiscale pour laquelle chacun a droit (66%), ça revient à 1€/mois !

 

Bien à vous, le bureau de l’Union Départementale Interprofessionnelle des Retraités de Solidaires de la Somme :

Evelyne Tournier membre, Martine Alexandre, secrétaire adjointe, Pascal Lacroix, trésorier adjoint, Franck Debruycker, trésorier, Marcel dekervel, secrétaire.

 

 

 

Fil RSS des articles de ce mot clé